John Coltrane. Alabama

Cette musique m’a accompagnée lors de l’écriture des derniers chapitres de « Brooklyn Strasse ». Je l’écoutais systématiquement avant de travailler et beaucoup de ces notes sont désormais mêlées aux cellules de mes personnages par une magie que je ne saurais expliquer. Il est sans doute question là d’universalité.

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

Créer un nouveau site sur WordPress.com
Commencer