Mariage d’irraison

J’épouse lentement la forme de ce jour
Sans y avoir consenti

Jour que je nomme ainsi
Bien qu’étant vide d’heure
Et d’esprit de saison
Pâle  obscurci
Par la ramure tordue
D’un chêne possédé

Nuit contrefaisant le jour
Qui me tord les mains
Et fouille dans mon cœur
Comme dans un vieux sac
À la recherche d'un reste de sourire

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

Créer un nouveau site sur WordPress.com
Commencer