Lunch Poem *1

Un arbre tordu
Une porte scellée
Une vue sur la mer dans un sac de cuir
Une tête penchée
Une avenue une corde en acier
Un homme qui court
Une corde portée autour de son cou
Se dit à lui-même
Des phrases meurtrières
Redis-le pour voir
Tu crois que ça me fait peur ?
Jamais !
Une porte autour du cou
Une avenue sous les genoux
Un homme qui court vers
Une vue sur la mer
Un homme qui porte une National
Redis-le pour voir
Redis-le pour voir
Jamais !
Une vue sur la mer
Ça peut être n’importe quoi
Un panneau publicitaire
Un poisson dans un bac à glace
Une frise dans la rigole

Une porte scellée une corde en acier
Un homme qui s’agite
Comme un arbre venté
Une avenue un taxi hélé
Emmène-moi vers
Une vue sur la mer
Aujourd’hui ou jamais
Un type qui rit
Jamais !
Un plan de la ville qui vole
Une phrase meurtrière
Redis-le pour voir
Jamais !
Le fleuve je peux te le donner
La mer jamais !
Une corde en cuir dans un sac d’acier
Un homme qui court
Sur un terre-plein central
Redis-le pour voir
La mer jamais personne
La mer
Jamais
Personne
Publicités

Composition de la douleur

I
Les armes forgées
Dans le fer de l’enfance
Frappent encore
Ici et maintenant

II
Les lèvres les yeux
Se pensent plaies parmi les plaies
Et cicatrisent illusoirement
En se scellant

III
Un jour
Un seul jour
Ce jour est une nuit
Où cela se dit
Le vieillard est un enfant
Qui ne guérit jamais

Sylvia Plath. Miroir

Je suis d’argent et exact. Je n’ai pas de préjugés.
Tout ce que je vois je l’avale immédiatement,
Tel quel, jamais voilé par l’amour ou l’aversion.
Je ne suis pas cruel, sincère seulement —
L’œil d’un petit dieu, à quatre coins.
Le plus souvent je médite sur le mur d’en face.
Il est rose, moucheté. Je l’ai regardé si longtemps
Qu’il semble faire partie de mon cœur. Mais il frémit.
Visages, obscurité nous séparent encore et encore.

Maintenant je suis un lac. Une femme se penche au-dessus de moi,
Sondant mon étendue pour y trouver ce qu’elle est vraiment.
Puis elle se tourne vers ces menteuses, les chandelles ou la lune.
Je vois son dos, et le réfléchis fidèlement.
Elle me récompense avec des larmes et une agitation de mains.
Je compte beaucoup pour elle. Elle va et vient.
Chaque matin c’est son visage qui remplace l’obscurité.
En moi elle a noyé une jeune fille, et en moi une vieille femme
Se jette sur elle jour après jour, comme un horrible poisson.

Traduction Valérie Rouzeau, dans Sylvia Plath, Œuvres, Quarto Gallimard, 2011

I am silver and exact. I have no preconceptions.
Whatever I see I swallow immediately
Just as it is, unmisted by love or dislike.
I am not cruel, only truthful-
The eye of the little god, four cornered.
Most of the time I meditate on the opposite wall.
It is pink, with speckles. I have looked at it so long
I think it is a part of my heart. But it flickers.
Faces and darkness separate us over and over.

Now I am a lake. A woman bends over me,
Searching my reaches for what she really is.
Then she turns to those liars, the candles or the moon.
I see her back, and reflect it faithfully.
She rewards me with tears and an agitation of hands.
I am important to her. She comes and goes.
Each morning it is her face that replaces the darkness.
In me she has drowned a young girl, and in me an old woman
Rises toward her day after day, like a terrible fish.

Sylvia Plath, The Collected Poems, 1981

Portrait de Sylvia Plath par Melinda Hagman

Vitrail

Nos lèvres l’ont su
Avant nous
Qui ont parcouru
En une seconde
Le temps complet d’un amour
Et se touchant
Ont scellé dans l’or et le plomb
Le vent et la vague

La source

S’il fallait revenir
Quel jour choisir
Pour faire mon entrée
Naître encore ? Non !
Revenir comme je suis
Et ne pas déranger ce que j’étais
Observer seulement observer
Ah je sais déjà que des larmes sont à craindre
Des cris à retenir
Non pas à cause de ce qui est perdu
Car tout se perd oui et non
À cause de moi me regardant
Regarder paisiblement vers l’avenir

Paul Eluard. Seul

A la droite du ciel un arbre fleurirait
Rieur tout flambant rose et le ciel en vivrait
Moi j’en rêve perdu dans le jour ravagé
Et de longs frissons froids blanchissent mes pensées.

Le livre ouvert, 1938-1944. Editions NRF Poésie/Gallimard

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

Créer un nouveau site sur WordPress.com
Commencer