La morsure

©Vija Celmins
comme dans les flots d’avril
de la baie des Trépassés
d’abord la morsure brutale 
puis la chaleur intense de l’eau
le regard dirigé vers la grève
c’est elle qui ondule
le corps fume en surface
ça lui dit quelque chose
de son devenir
il s’immerge entièrement
pour ne pas savoir quoi
sous l’eau troublée
les yeux ne servent à rien
l’esprit invente des images
l’esprit se demande
où commence le ciel
si là à hauteur d’épaules
ou déjà dans les profondeurs
l’esprit décide de tout
pas de ciel pas d’océan
pas comme ici 
où les âmes mortes sont au chaud
les âmes vives dans le froid



Vija Celmins, "Ocean", 1975, lithographie sur papier. © Tate.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :