Lettre de l’estran

©Berni Searle
Peut-être nous disons trop
nous voulons prendre trop 
avec une trop grande hâte
la faute à ce trop de rien
que porte ma propre peur
celle-là que je sens
marcher à mon côté
pour se moquer sans doute
elle marche comme je marche
haut du corps en avant
comme pour plonger
dans l’air
moi qui refuse de plonger dans l’eau
parce que ça me rappelle mes évanouissements
si ta propre peur marche à ton rythme
je l’ignore
tu marches vite je crois
j’aime penser
Elle aime où elle va
peut-être nous disons trop
nous voulons prendre trop
peut-être nos corps assoiffés mentent à nos lèvres 
ou bien c’est le contraire
ou bien corps et lèvres disent vrai
à cet instant c’est cela que j’écris
mais à la prochaine marée
aux prochaines déferlantes…


©Berni Searle, "Flight" issue de la série "Seeking Refuge", 2008, encre pigmentée d’archives sur papier de chiffon en coton.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :