De vivre sans

©Donna Gottschalk
d’aimer
rien ne prépare
rien n’existe
il y a ce vide
par lui on sait
l’organe manquant
l’étourderie
qui limite les âmes
depuis le début

d’aimer 
rien ne se dit
de vrai
rien n’en dit 
le simple
ni les mains 
qui posent sur les corps
bien des choses salement
héritées 
ni le désordre
de l’esprit
qui n’est pas d’aimer
qui est impuissance à aimer
ici 
dans ce temps
dans ce lieu
occupés à faire de la place
toujours plus de vide
tant d’âmes mortes à enfouir
à dégager de notre vue

d’aimer
les âmes mortes
savent 
tout


Photographie ©Donna Gottschalk, Donna and Joan, E. 9th St., 1970, tirage argentique.

5 commentaires sur “De vivre sans

Ajouter un commentaire

  1. Si le simple se disait, rien à dire, l’amour serait immédiat au point de s’aimer lui-même. Nous ne tomberions probablement plus, pas de vide, mais rien ni surtout personne ne viendrait créer cette divine envie de se relever pour vivre avec. Et le dire, ici.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :