Le petit os cassé

©Lillian Cotton
on ne sait pas ce que le corps peut
on sait ce qu’il veut
je crois
dans le désir on sait
jamais autrement
jamais autre part

le petit os cassé ?
un cri cousu sous la peau
à chaque pas rappelant 
ce que le corps veut pouvoir

toujours plus qu’il ne peut
pas par défi non
par amour
je crois

pour le corps perdu dans son âme
vivre d’elle seule ne suffit pas



©Lillian Cotton, huile sur toile (possiblement Natalie Barney & Romaine Brooks), 1930.

7 commentaires sur “Le petit os cassé

Ajouter un commentaire

  1. et ce long désir de soi-même
    qui mène à certains matins blêmes
    où l’âme ne sait plus trop
    ni le corps
    non plus le visage

    bien sûr le temps
    sait semer l’habitude
    mais d’y inverser l’éclairage
    sur les sillons qui nous racontent

    c’est bien plus tendre de l’intérieur –
    comme ça devait l’être je pense
    pour les marguerites de ce monde

    Aimé par 2 personnes

      1. le proibleme s’il refuse et que je publie ils vont me bloquer ca m’arrive daja assez souvent avec les auteurs qu’on publie je pense que c’est leur logiciel qui repere certains mots et les considére comme « dangereux  »

        Aimé par 1 personne

      2. Alors il ne faut pas tenter. Je ne vois pas d’autres solutions; merci d’avoir essayé de partager ce qui n’est rien d’autre que de la poésie. Si la poésie est dangereuse, eh bien tant mieux.
        Très bonne journée a vous.

        J’aime

Répondre à dixvinsblog Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :