Chant XIV

elles courent en déroulant dans le temps et l’espace
le fil de vingt-neuf années d’une vie finie
elles disent
tuée tuée tuée
elles courent sans cesser de le dire
sans souffrir de la pente
sans essoufflements
elles ne peuvent pas s’arrêter de courir et de dire
elles le disent aux croisés
qui les désignent comme folles
tuée tuée tuée
tuée hier
tuée dans le jeune temps de sa vie
tuée bien avant sa venue
tuée trois fois tuée
elles ne peuvent que dire ça
elles ne font pas son éloge
elles ne pleurent pas
elles ne se lamentent pas
…
on chuchote derrière leurs dos
tuée par sa propre main
non elles disent 
non non et non
d’autres mains l’ont tuée
des mains polyphobiques
qui ne savent pas écrire
ha ! qui ne le sauront jamais
des mains juste bonnes à frapper
des mains avec des langues pendues dans leurs paumes
des mains brandissant des armes chimimétaldermiques
de destruction massive
tuée tuée tuée
elles déroulent son fil depuis le lieu de sa mort
jusqu’au lieu de la Forge où tout assassinat de l’une d’elles
renforce l’acier de la Pensée et des Corps de toutes



À la mémoire de Tal Piterbraut-Merx

Auteure d’Outrages aux Éditions Blast https://www.editionsblast.fr/outrages
et de La funambule, sous le nom de plume Cléo Dune, aux Éditions Maurice Nadeau https://www.maurice-nadeau.net/parutions/238/la-funambule

Un commentaire sur “Chant XIV

Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :