Chant X

Elle 
pour Se Nommer en ce temps
Disait elle
comme Parlant d'une lointaine

dans matières réflectives
Voyait quelque chose comme
une       personne
oxymore perfide
soufflé à Son Esprit
par apocrisiaire de l'Impérial Rien

Elle Se Souvient 
du ciel diurne
de ce temps
annonçant séismes 
fonte des glaces
refroidissement des âmes
accumulations excessives de biens sub-terrestres

ciel violacé comme fatigue

Elle 
Dit
ainsi est la fatigue
toujours violacée
toujours comme jour 
ecchy-mosée
jamais étincelante comme nuit
car la nuit héberge
Guerrières aux cottes d'or souple
faisant illusion solaire
Qui Frappent sans Se Lasser
sur tout ce qui  bouge 
derrière tout ce qui fait écran
Frappent dur
Éclairées par Leur Propre Jour
Étanchant Leur Soif avec Leur Propre Sang

Défaites de Leurs Victoires
à la relève de la garde



©Encre sur papier de Corinne Freygefond. Sans titre #9, 2021.

4 commentaires sur “Chant X

Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :