Poésie pauvre

Le temps a déposé là
Sur mon sein
Une peine définitive
Tel un cœur apparent
Que je n'ose pas toucher
Ni même regarder
C'est assez qu'il batte
Avec plus de vigueur
Que ne le peut le centre
De ma poésie pauvre
De ma parole arythmique
Mon véritable cœur

13 commentaires sur “Poésie pauvre

Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

Créer un nouveau site sur WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :