Henry David Thoreau. Marcher

Extrait

Je voudrais me faire l’avocat de la Nature, de la vie absolue et de la vie sauvage qu’on y trouve, par contraste avec la liberté et la culture simplement policées. Je souhaite considérer l’homme comme un habitant ou une partie intégrante de la nature plutôt que comme un membre de la société. Je désire faire une déclaration extrême, fût-elle exagérée, car il y a suffisamment de champions de la civilisation : le pasteur, le conseil scolaire et chacun d’entre vous s’en chargent fort bien.

Publicités

8 commentaires sur “Henry David Thoreau. Marcher

Ajouter un commentaire

    1. je suis votre site parce que j’aime votre écriture riche, intelligente, qui s’interroge et interroge. Votre poésie est d’une grande beauté, et je ne résiste pas à ça.
      De nouvelles plumes font de nouveaux oiseaux, et j’aime les regarder s’envoler ! Ils enrichissent mon propre ciel.
      Merci d’avoir pris le temps de venir discuter avec moi.
      Je vous envoie toute mon amitié,
      Gabrielle

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

Créer un nouveau site sur WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :