Paul Eluard. Seul

A la droite du ciel un arbre fleurirait
Rieur tout flambant rose et le ciel en vivrait
Moi j’en rêve perdu dans le jour ravagé
Et de longs frissons froids blanchissent mes pensées.

Le livre ouvert, 1938-1944. Editions NRF Poésie/Gallimard

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

Créer un nouveau site sur WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :