En attendant, fuis.

Le temps s’élargit
À mesure que je passe
Me donnant l’illusion
Qu’il s’éloigne de moi
Alors qu’en vérité
C’est moi qui m’en écarte
Moi     Mon âme
– Qui laisse s’échapper
Dans ce champ variable
Ce qui lui tient à cœur –
S’accroche à la mémoire
Et c’est là son erreur
La mémoire s’accroche
À ce qui est perdu
Publicités

2 commentaires sur “En attendant, fuis.

Ajouter un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

Créer un nouveau site sur WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :