Une défaite

Il n’y a pas un paysage 
Qui ne tente de m’attendrir
Pas un que je ne déleste
De quelques pierres ramassées
À la va-vite
Ou que je quitte sans regrets
Toujours
Il faut que je me retourne sur lui
Une dernière fois
Cependant
Je dois admettre que rarement
Je les regarde pour eux-mêmes
Piteusement dans leur théâtre
C’est à moi que je songe
Il n’y a pas un paysage
Qui ne jette à la figure de mes rêves
Ses blessures purulentes
Le compte de ses pertes
Et ne remonte à sa surface
Mes enfouissements
Pas un seul qui ne m’accueille
Sans inquiétude
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s