Les remords

Ils n’aiment pas que je dorme
Car alors ils s’ennuient
Leurs petits doigts gelés
Soulèvent mes paupières
Et maintiennent
Mes yeux écarquillés
Puis d’une voix désenchantée
Ils relatent à tour de rôle
Un revers de mon existence
Jusqu’à ce que las de parler
Ils m’enjoignent
De faire quelque chose
N’importe quoi
Qui les tiendrait éveillés
À l’aube
Certains s’attardent
Les plus aimants
Je suppose
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s